Shop

IDÉES

À PROPOS

MADE x Les Résilientes : vers un design plus responsable

À l’occasion du lancement d’Encore, notre première collection éthique et circulaire, composée de 15 pièces uniques réalisées à partir de produits MADE endommagés repensés et retravaillés, Alice Hagger, Directrice de MADE.COM France, et Eugénie Delarivière, Designer et Directrice Artistique du studio de redesign d’Emmaüs Alternatives Les Résilientes, reviennent sur les origines, les enjeux et les perspectives ouvertes par ce partenariat solidaire et responsable.

@karel_balas

Qu’est ce qui a inspiré cette rencontre ?

Alice Hagger, Directrice de MADE.COM France : C’est d’abord une rencontre entre amis. Romain Peton de l’Agence 1987 m’a proposé de prendre un café et en échangeant on a très vite réalisé que des ponts pourraient se créer avec le projet mis en place par Emmaüs Alternatives et les enjeux chez MADE.COM. Une première rencontre a permis ensuite de déboucher sur ce magnifique projet que nous connaissons à présent.

Eugénie Delarivière, Designer et Directrice Artistique des Résilientes : Le studio Les Résilientes d’Emmaüs Alternatives est né de l’envie de faire se rencontrer les mondes, d’abord celui du design et celui de l’insertion professionnelle, et maintenant celui de la production manuelle en petite série avec celui de plus grosses entreprises comme MADE.COM.

@karel_balas

On pourrait penser que tout vous oppose et pourtant, quels sont vos points communs ?

Alice : C’est justement le contraste qui est intéressant. Les Résilientes est un chantier d’insertion au sein de la structure associative Emmaüs Alternatives, et nous sommes une marque qui fabriquons du mobilier et de la décoration. Pour autant, nous avons tous deux une passion commune : l’amour du beau et du design. Les frontières s’effacent au profit d’une belle conversation entre passionnés. On parle in fine le même langage et ce projet est la démonstration pleine et entière que nous pouvons construire ensemble, loin des antagonismes de l’ancien monde.

Eugénie : Il est vrai que sur le papier tout nous oppose, mais Les Résilientes c’est l’envie de faire se rencontrer les mondes. Il est donc important de ne pas aborder les choses par ce qui les opposent mais par les rapprochements qui peuvent être opérés. Au-delà d’être concepteurs-fabricants d’objets de décoration, ce qui nous relie c’est que nous partageons avec les équipes de MADE.COM l’envie d’apprendre de nos différences.

@karel_balas

Quel avenir pour le design responsable ?

Alice : J’aimerais d’abord me dire que le mot « présent » devrait être le terme employé. Quel présent maintenant pour le design responsable ? Depuis notre création il y a 10 ans, nous avons eu à cœur de faire attention à notre manière de concevoir et de produire. Nous avons, depuis le début, peu, voire pas de stocks car nous produisons en petite quantité et quasiment à la demande. Toutefois, cela ne suffit plus et nous devons aller encore plus loin et ce, sur toute la chaîne de valeur. En amont, sur la manière de sourcer nos matériaux et de concevoir nos objets. Et en aval, en accompagnant nos clients pour trouver des alternatives à la décharge.

Le projet des Résilientes concourt à cette démarche en interne chez nous. C’est à la fois notre première collection circulaire réalisée avec un acteur extérieur à MADE.COM, mais c’est aussi pour nous l’opportunité d’éveiller les consciences, en interne et auprès de notre communauté, et de travailler ensemble à un design plus responsable pour demain.

@karel_balas

Eugénie : Quand on parle de design responsable, on pense à la responsabilité des designers de produire moins, mieux, de manière plus écologique, plus éthique, un peu tout cela à la fois. Mais la responsabilité du design n’est pas seulement celle des designers, elle demande un réaccord de toutes les entités impliquées dans la création de nouveaux objets, du sourcing des matériaux à la fabrication, de la distribution à la fin de vie... Cela demande un changement en profondeur et cela prend du temps. Je crois surtout qu’il faut avancer avec humilité, comme le dit Alice, nous n’avons pas non plus toutes les clefs, ni toutes les ambitions, mais on essaie à notre échelle d’ouvrir des possibilités pour un design plus juste.

Les pièces de la collection Encore ont été exposées dans nos showrooms parisien et lyonnais, du 27 janvier au 13 février, avant d’être vendues aux enchères. Tous les fonds récoltés ont été reversés au studio Les Résilientes pour financer leur structure sociale.

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter

This is a required field

Please enter a valid email address. For example johndoe@domain.com.