Dernière chance pour en profiter

Soldes d'été : jusqu'à -40%

Ces beaux jours ensoleillés ? Ça ne peut signifier qu’une chose – l’été (et nos soldes) s’installent. De la chambre à la cuisine, en passant par la salle à manger et le salon, profitez d’une sélection de vos favoris jusqu’à -40%.

Shop

IDÉES

À PROPOS

Une péniche vaut mieux qu’un appartement

Une péniche vaut mieux qu’un appartement

À quelques encablures des rues fréquentées de la City s’étend une oasis de quiétude insoupçonnable : le réseau des canaux londoniens. De plus en plus nombreux sont ceux qui troquent leur habitat traditionnel pour une demeure flottante. Parmi eux, l’équipage composé de l’architecte Toby Burgess, du mannequin Poppy Okotcha et du matou matelot, Meeja. 

Leur péniche est un bel écrin pour leurs styles distincts – bohème et coloré pour elle et pour lui, résolument mid-century, le tout ponctué d’une foisonnante collection de plantes. Nous avons rencontré ce couple de créatifs pour en savoir plus sur les joies de ce mode de vie qui a le vent en poupe. Embarquement immédiat.

Bonjour Poppy et Toby, pouvez-vous nous en dire plus sur vous ?

Poppy : Je suis mannequin et je m’adonne à l’horticulture. Je m’intéresse actuellement à la permaculture, à la recherche de méthodes véritablement durables.


Toby : Je suis architecte et j’enseigne à l’université. À mes heures perdues, je crée des bijoux.

Depuis quand vivez-vous sur cette embarcation ?

Poppy : Je n’étais pas emballée par l’idée de vivre sur l’eau, mais j’ai vite changé d’avis. Tu es au cœur de la ville, mais tellement plus proche de la nature. Tu te penches au hublot et tu tombes nez à nez avec un cygne.


Tobby : Bientôt cinq ans. Nous avions une péniche plus modeste avant celle-ci, histoire de tâter « le terrain », si j’ose dire.

Pourquoi un bateau, plutôt qu’un appartement ou une maison ?

Poppy : Eh bien, la terrasse de l’appartement de Toby donnait sur le canal, et en voyant ses habitants, on se disait, « on pourrait le faire, nous aussi ». Et les bateaux, c’est son truc.

Toby : En effet, j’ai travaillé sur des chantiers navals dans les Cornouailles et vécu sur des chalutiers au large des Îles Canaries.

Ce mode de vie semble être en vogue à Londres. Pourquoi selon vous ?

Toby : Tout le monde se rend compte que c’est moins cher. Les canaux de Londres étaient quasiment déserts il y a encore sept ans. Puis nous avons vu arriver tous ces gens, qui se sont mis à retaper des bateaux. Maintenant c’est plein de vie.

Quels sont les défis principaux de la vie à bord ?

Toby : Gérer l’énergie et penser à tout. Dans une maison, le gaz, l’électricité sortent d’un tuyau. Sur un bateau tu dois produire ta propre énergie, remplir ta citerne d’eau, vidanger ta fosse septique…

 

Poppy : … Et trouver où jeter tes poubelles. Ce n’est pas évident, alors tu deviens plus conscient des déchets que tu produis et des ressources que tu consommes, ce qui t’apprend beaucoup. Des choses dont je me souviendrai une fois retournée sur la terre ferme.

Quels éléments devez-vous considérer pour décorer un bateau ?

Toby : Comme c’est un environnement en mouvement, l’éclairage change en permanence. Multiplier les miroirs renforce cet effet. Cela permet également d’ouvrir l’espace. Il faut savoir que les bateaux sont généralement assez sombres. Poppy n’aimait pas du tout la chambre quand nous nous sommes installés (elle était peinte en rouge).

Poppy : Rouge foncé [rires]. On a repeint en blanc et donné un peu de chaleur au tout avec un pan de mur rose.

Et qu’en est-il du mobilier ?

Poppy : Des modèles en osier et sur pieds sont bienvenus, ils permettent à l’air de circuler. Évidemment, l’humidité peut être un vrai problème. Il est arrivé que nous retrouvions de la moisissure en déplaçant les meubles.

 

Toby : Sélectionnez des pièces réalisées dans des matériaux bruts comme du bois massif qui résistent un peu mieux à l’humidité que les composites comme le MDF qui s’en imprègnent et gonflent. Certains tentent l’aventure de la vie fluviale et réalisent « ce n’est pas pour moi », mais je pense qu’il faut une bonne année pour s’habituer à ces contraintes.

 

Avez-vous les mêmes goûts ?

Poppy : Avec le temps, on a su trouver des compromis, mais à la base pas du tout ! J’aime les babioles, les bibelots tandis que Toby apprécie les surfaces dégagées et les espaces fluides. Je fais une fixette sur les caravanes tsiganes sur Pinterest – ces espaces confinés qui débordent de couleurs et d’étoffes de toutes sortes.

 

Toby : Le style 50’s moderniste, c’est ma tasse de thé. Et parce que je vis avec quelqu’un qui travaille le bois, je préfère les meubles et les matériaux naturels chaleureux. Cette péniche, c’est notre repaire à tous les deux, l’harmonie qui y règne est une chose à laquelle nous tenons énormément.

 

Quels sont vos astuces pour tirer le meilleur parti d’un petit espace comme celui-ci ?

Toby : Les meubles qui font aussi office de rangements – comme une table basse à étagère ou compartiment – super pratique. Un lit coffre est un must. Et plein de crochets et de patères. Aussi, réfléchissez bien avant d’acheter. On s’est imposé une politique du « 1 qui rentre 1 qui sort », sinon on serait vite à l’étroit.

 

Poppy : Je conseillerais aussi de vivre dans le lieu avant d’acheter quoi que ce soit. Car si vous choisissez la mauvaise pièce, la revendre prend du temps et vous encombre.

Quel est votre partie préférée du bateau ?

Poppy : Je ne bouge pas de devant le poêle. C’est tellement cosy, couvert de coussins. L’été vers 17 heures, le soleil donne directement sur la fenêtre de la chambre qu'il irradie de ses reflets oranges. Je ne me lasse pas de les contempler.

 

Toby : Mon endroit fétiche est le tapis en peau de mouton devant le feu. Depuis qu’on s'est offert une déco bien douillette, l’hiver est ma saison préférée à bord .

Comment est la communauté des habitants du canal ?

Poppy : Au bout d’un an, vous reconnaissez les bateaux et ceux qui y habitent. On se serre les coudes, car on fait face aux mêmes problématiques.

 

Toby : Oui, c’est un esprit très convivial et solidaire – tout le monde se salue. C’est ce qui me plaît tant dans cette vie. Et imaginons que tu n’aimes pas tes voisins. Il te suffit de lever l’ancre !

Auteur de l'article: Emily Rogers
Photographe: Phill Taylor | Direction artistique: Laura Cumming

Vous risquez d’aimer...

Table ouverte : créer un lieu convivial au bord de la mer

À la rencontre de Jenny Scott

En savoir plus

Un jour dans la vie (bien remplie) de la productrice de vidéos Wana Limar

On parle de créativité, de Kanye et de style intemporel

En savoir plus

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter